Aller au contenu

Normes EN Gants de protection

Un gant de protection conforme aux exigences de sécurité et bénéficiant du marquage CE dans un pays de l’Union Européenne peut être exporté et vendu dans l'ensemble de la zone de l'Union Européenne. Pour répondre aux exigences, le fabriquant doit se conformer à un certain nombre de normes EN. Une norme EN inclut des conditions, des méthodes de test et des exigences sur la façon dont le produit doit être étiqueté en plus du marquage CE ; elle définit en outre les informations qui doivent figurer dans les instructions d'utilisation fournies par le fabricant.

EXPLICATION DES CATÉGORIES DE RISQUES

Le règlement européen (UE) 2016/425 répartit les équipements de protection individuelle en trois catégories, en fonction du niveau de risque impliqué. Plus le risque auquel l'utilisateur est exposé est élevé, plus les exigences sont strictes quant aux capacités protectrices du gant et à sa certification. Les règlements européens étant définis en termes généraux, des normes européennes ont été élaborées pour spécifier les exigences, les méthodes de test et les consignes de marquage. 

Thin black line.png

CATÉGORIE CE

Règlement européen 2016/425

Marquage CE

Cat. I Risques minimes.
Protège les utilisateurs contre les risques minimes. Le fabricant doit pouvoir démontrer que le produit satisfait aux exigences essentielles en matière de gants de protection, et il est responsable du marquage CE. Cela s'applique à tous les gants de protection.

Cat. II Autres risques.
Conforme aux spécifications de base et aux autres normes pouvant s’appliquer à des domaines d’utilisation spécifiques. Les gants doivent être testés par un laboratoire agréé et être homologués par un organisme notifié autorisé à émettre des certificats.

Cat. III Risques graves.
Comprend une protection exclusive contre les risques qui peuvent avoir des conséquences très graves, comme la mort ou des dommages irréversibles sur la santé. Les gants doivent être testés par un laboratoire agréé et être homologués par un organisme notifié. Une inspection annuelle du processus de production doit par ailleurs être réalisée ; les gants seront dûment contrôlés pour garantir une qualité adéquate. Le code d'identification de l'organisme notifié (quatre chiffres) doit être apposé directement après le marquage CE, ex. CE 0123.

Thin black line.png

EN 420:2003 + A1:2009

Exigences générales et
méthodes de test

  • Les gants doivent avoir été fabriqués de façon à assurer la protection
    prévue.
  • Le matériau, les coutures et les bords ne doivent pas blesser l’utilisateur.
  • Les gants doivent être faciles à enfiler et à retirer.
  • Le pH des gants doit être compris entre 3,5 et 9,5.
  • La teneur en chrome (VI) doit être inférieure à 3 mg/kg sur les gants en cuir.
  • Le fabricant doit indiquer si les gants contiennent des substances susceptibles de provoquer des allergies.
  • Les propriétés protectrices des gants ne seront pas affectées si les instructions de lavage sont respectées.
  • Compte tenu de la protection requise, les gants doivent permettre une mobilité maximale des doigts (dextérité).

Thin black line.png

EN 374-2: 2014

Résistance à la pénétration

Les gants conçus pour assurer une protection contre les micro-organismes et les substances chimiques doivent être totalement impénétrables (ne comporter aucun trou). Dans le cas de gants fins à usage unique, l'étanchéité est testée en remplissant le gant d'eau ou d'air. Une fuite d'eau ou d'air indique que le gant est défectueux.

Thin black line.png

EN 16523-1: 2015

Résistance à la perméation chimique
(remplace la norme EN 374-3:2003)

Méthode de test pour mesurer la résistance des matériaux des équipements de protection individuelle à la perméation de substances chimiques dangereuses au niveau moléculaire et en cas de contact continu. Les gants seront classés en type A, type B ou type C.

Gant de type A B C.jpg

Niveau de perméation.png

La liste des substances chimiques avec lesquelles les gants ont été testés a été étendue et compte désormais six substances chimiques supplémentaires. De plus en plus de substances chimiques sont utilisées dans les applications industrielles et certaines d’entre elles n’étaient pas couvertes par la norme précédente.

Liste des produits chimiques du test.png

Thin black line.png

EN 374-4: 2013

Résistance à la dégradation chimique

La dégradation est la modification délétère d’une ou plusieurs propriétés du matériau d’un gant de protection causée par le contact avec une substance chimique. Les signes de dégradation peuvent se manifester sous forme d’une délamination, d’une décoloration, d’un durcissement, d’un ramollissement, d’une modification dimensionnelle, d’une perte de résistance à la traction, etc. Ceci est déterminé en mesurant le pourcentage de variation de la résistance à la perforation du matériau du gant après un contact continu pendant 1 heure de la surface externe avec la substance chimique testée. Les résultats du test de dégradation doivent figurer dans la notice d’information pour les trois types de gants.

Thin black line.png

EN 374-5: 2016

Protection contre les micro-organismes

EN_374-5_2016 VIRUS.png

 

La nouvelle norme introduit des tests de protection contre les virus. La norme précédente ne couvrait que les champignons et bactéries.

Le nouveau marquage sur les emballages indiquera si le gant protège contre les bactéries et champignons seulement ou contre les bactéries, les champignons et les virus. Le pictogramme Risque biologique est utilisé pour marquer les gants offrant une protection contre les bactéries et les champignons. Ce pictogramme sera accompagné du terme « VIRUS » si le gant satisfait aux exigences de la méthode de test des virus.

Thin black line.png

EN 511:2006

Risques liés au froid

EN_511.jpg

Les gants offrant une protection contre le froid sont testés pour deux situations de froid différentes :
le froid pénétrant ou convectif (a) et le froid de contact (b), c’est-à-dire le contact direct avec des objets froids. Les tests de résistance à la perméabilité à l'eau (c) sont réalisés si nécessaire.

EN511_Test.png

Thin black line.png

EN 407:2004

Protection contre les risques thermiques

EN_407.jpg

Les gants portant ce pictogramme assurent une protection contre un ou plusieurs risques thermiques. La performance des gants a été testée concernant les risques suivants :

  • Comportement de résistance à l’inflammabilité
  • Résistance à la chaleur de contact
  • Résistance à la chaleur convective
  • Résistance à la chaleur radiante
  • Résistance aux petites projections de métal en fusion
  • Résistance à de grandes quantités de métal en fusion

EN_407_2004_niveau de protection.png

AVERTISSEMENT
Le gant ne doit pas entrer en contact avec le feu s'il n'a pas atteint une performance de niveau 3 lors des tests de résistance à l'inflammabilité.

Thin black line.png

EN 16350: 2014

Propriétés électrostatiques

L'utilisation de gants antistatiques (dissipateurs) est importante dans les environnements présentant des risques d'incendie et/ou d'explosion. Le phénomène à éviter est la différence de potentiel électrique entre l'utilisateur et l'environnement qui se déclenche lors du contact. Ce que nous appelons couramment un « coup de jus ».

Thin black line.png

EN 388:2016 + A1:2018

Protection contre les risques mécaniques

imagej0k9k.png

Dans la version révisée de la norme EN 388:2016, il existe deux tests de résistance à la coupure. La méthode Coup Test est inchangée. Elle est utilisée pour les matériaux qui n’émoussent pas la lame. Pour les matériaux affectant la lame, par exemple la plupart des matériaux résistant aux coupures, un test TDM est requis. Concernant ces derniers, le résultat du TDM est la performance de référence réelle tandis que le
résultat de la méthode Coup Test n’est qu’indicatif et sera donc marqué d’un X.

a. Résistance à l’abrasion (niveau de protection 0–4)
Nombre de cycles nécessaires pour faire apparaître un trou à l’aide de papier de verre sous pression et mouvement constants sur un échantillon rond de matériau de gant. Le niveau de performance le plus élevé est le niveau 4, correspondant à 8 000 cycles.

b. Résistance à la coupure, test Coup (niveau de protection 0–5)
On compte le nombre de tours que doit effectuer un couteau circulaire tournant à une vitesse constante pour que celui-ci traverse le gant. En comparant le résultat avec celui obtenu avec un matériau témoin, on en déduit un indice. Le niveau de protection le plus élevé est le niveau 5, qui correspond à un indice 20.

c. Résistance à la déchirure (niveau de protection 0–4)
Force nécessaire pour propager une déchirure sur un échantillon rectangulaire de gant comportant une incision initiale (force maximale de 75 N).

d. Résistance à la perforation (niveau de protection 0-4)
Mesure de la force requise pour perforer le gant avec une pointe de taille normalisée à une vitesse donnée (10 cm/min).

EN 388_2016 A1_2018 Niveau de ProtectionRésistance à la perforation.png

e. Résistance à la coupure par test de coupure ISO (niveau de protection A–F)
Force en newtons (N) nécessaire pour couper un échantillon à l’aide d’une lame rectangulaire dans une machine de test de coupure spécifiée telle que le tomodynamomètre (TDM). Ce test est facultatif à moins que la lame du test Coup ne s’émousse, à la suite de quoi il devient la référence pour la résistance à la coupure.

EN 388_2016 A1_2018 Niveau de protection Résistance à la coupure par test de coupure ISO.png

f. Protection contre les chocs (niveau de protection P)
Le test pour la protection contre les chocs s'effectue conformément à la norme EN 13594:2015 relative aux gants de protection pour motocyclistes. La zone de protection est testée mais en raison de la surface réduite, la zone autour des doigts ne peut pas être testée avec cette méthode. L'énergie de l'impact est de 5 J et la force transmise doit être conforme au niveau le plus élevé, en l'occurrence le niveau 1, avec un résultat individuel ≤ 9,0 kN et une force moyenne ≤ 7,0 kN.

EN 388_2016 A1_2018 Niveau de protection contre les chocs.png

Thin black line.png

EN 12477:2001+ A1:2005

Gants de protection pour soudeurs

Cette norme décrit comment les gants devraient être conçus pour fournir une protection des mains et des poignets lors du soudage et de situations de travail similaires. Les gants de soudage doivent être testés conformément aux normes EN 388:2016+A1:2018 et EN 407:2004.

D’après les résultats du test dans les normes EN 388 et EN 407, les gants sont classés de type A et/
ou de type B :

  • Le type A fait référence aux gants ayant une résistance plus élevée, mais une souplesse et une dextérité plus faibles.
  • Le type B fait référence aux gants ayant une résistance plus faible, mais offrant une plus grande souplesse et une plus grande dextérité.

Les gants de soudage doivent être plus longs que les gants de protection standards, les tailles doivent correspondre
au tableau ci-dessous :

EN 12477_2001 A1_2005 Taille de la main.png

Les gants destinés au soudage à l’arc doivent être testés pour la résistance verticale électrique conformément à la norme EN 1149–2. La résistance électrique verticale des gants de type A et de type B doit être > 105 Ω.

Thin black line.png

Risques liés au contact alimentaire

Manipulation_de_produits alimentaires.jpg Manipulation_de_produits alimentaires_pas_aliments_gras.jpg

Cela s’applique aux matériaux et objets qui, à l’état de produit fini, sont destinés à entrer en contact ou sont mis en contact avec des denrées alimentaires ou avec de l’eau destinée à la consommation humaine. Selon le règlement 1935/2004 :

« Les matériaux et articles sont fabriqués conformément aux bonnes pratiques de fabrication afin que, dans les conditions normales et prévisibles de leur emploi, ils ne transfèrent pas aux denrées alimentaires des constituants en une quantité susceptible :

  • De présenter un danger pour la santé humaine,
  • D’entraîner une modification inacceptable de la composition des denrées ou une altération des caractéristiques organoleptiques de celles-ci. »

Tous les gants Ejendals portant le logo « contact alimentaire » sont conformes au règlement (CE)
n° 1935/2004, au règlement (CE) n° 2023/2006 et au règlement (UE) n° 11/2011.

Thin black line.png

ESD

CEI 61340-5-1
CEI 61340-4-3

ESD.jpg

ESD signifie décharge électrostatique. Les produits marqués ESD répondent aux critères et normes actuels en matière de protection ESD. L'agrément ESD ne doit pas être confondu avec des propriétés de sécurité électriques. Si des travaux doivent être réalisés à proximité de lignes sous tension, il convient de se conformer aux exigences des réglementations nationales. Pour que les gants et les chaussures ESD fonctionnent correctement, l'équipement personnel et le lieu de travail doivent être conducteurs.

Méthode de test
La norme internationale CEI 61340-5-1 est utilisée pour garantir qu'un gant ESD répond aux exigences de résistance du système, ce qui signifie que la résistance entre l'opérateur et la terre est inférieure à 10⁹ Ω. Le test est effectué à 12 % d’humidité. Les chaussures sont testées en conformité avec la norme CEI 61340-4-3 garantissant que la chaussure présente une résistance par rapport à la terre inférieure à 108 Ω.

About cookies on this website

This website uses cookies to improve your experience, for you to be able to share material on social media and for us to be able to measure the traffic on the website and display customized ads based on your surfing habits. By clicking on I ACCEPT, you agree that Ejendals and their partners use cookies. If you want to know more or if you want to change your cookie settings, you can go to the cookie policy at any time.